2015 vu depuis 2011 – Un brin de nostalgie vidéo méta-ludique

Je poste ces quelques vidéos mardi 2 juin 2015, pour que patientent les impatients, ceux qui attendent en retenant leur souffle pour l’ouverture du Colloque demain, 4ème édition des « Game Studies ? à  la française ! ». Un brin de nostalgie, qui ne doit pas occulter bien sûr tous les nouveaux contributeurs que nous accueillons comme chaque cette année, et qui sont bien sûr la force vive de notre domaine d’études.

Quelques archives vidéo exclusives permettent de repérer quelques continuités entre la première édition des Game Studies ? à la française ! et l’édition 2015.

Le laboratoire EXPERICE – partenaire de l’édition 2015 et invite l’événement à l’Université Paris 13 – avait présenté ses travaux en 2011, faisant d’ailleurs exploser le cadre de l’appel – « dix ans de recherches » – pour montrer que les recherches sur le jeu étaient bien antérieures.

Certains intervenants étaient déjà présents en 2011.

Marion Coville introduisait un rapport nouveau aux jeux vidéo, féministe, passionné et critique. Marion Coville prépare une thèse à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne.

Hovig Ter Minassian introduisait une critique de la « pluridisciplinarité » très rafraichissante, à la fois polémique et finalement plus partagée dans le public qu’il ne s’y attendait. Hovig Ter Minassian enseigne à l’Université de Tours.

Et bien sûr, plusieurs discutants cette année présentaient en 2011 :

Thomas Gaon est l’un des organisateurs de l’événement inaugural de 2011, avec Etienne Armand Amato et Manuel Boutet. Membre fondateur de l’OMNSH, il en a aussi été le président. Son travail est important car il introduit aux approches psychologiques qui ont un poids très important dans l’étude des jeux vidéo. Thomas Gaon prépare une thèse à l’Université Paris Descartes.

Alexis Blanchet, membre de l’OMNSH de longue date, présentait son parcours et ses travaux sur l’histoire des jeux vidéo et le rapport de cette industrie à celle du cinéma. Alexis Blanchet enseigne aujourd’hui à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle.

Mathieu Triclot avait écrit son livre, mais il n’était pas encore publié, et nous découvrions son travail, ancré dans la philosophie des techniques. Mathieu Triclot enseigne aujourd’hui à l’Université Technologique de Belfort-Montbéliard.

Et certains des organisateurs de cette édition exposaient également sur leurs travaux :

Vinciane Zabban, désormais membre du laboratoire EXPERICE, présidente de l’OMNSH pour la deuxième année, était à l’époque au LATTS et inscrivait son travail dans la ligne des travaux sur les médiations de Patrice Flichy son directeur de thèse. Elle a depuis, entre autres, organisé plusieurs journées d’études et dirigé un numéro spécial de la revue Réseaux sur les jeux vidéo. Vinciane Zabban enseigne aujourd’hui à l’Université Paris 13 – Villetaneuse

Manuel Boutet a lu les travaux de Laurent Trémel dans leur version universitaire à la bibliothèque de Nanterre, quelques années seulement après leur soutenance, alors qu’il est en Maîtrise et DEA (aujourd’hui on dit « en Master ») à la fin des années 90. Au cours des années 2000, il participe en 2003 au livre collectif « Les jeux vidéo, réalité ou virtualité » dirigé par Mélanie Roustan, et en 2012 à la fois au deuxième livre du laboratoire junior de Lyon, « Espaces et temps des jeux vidéo », dirigé par H. Ter Minassian, S. Rufat, S. Coavoux, et au numéro de la revue  Réseaux « Les formes ludiques du numérique » dirigé par Vinciane Zabban et Jean-Paul SImon. En les deux, il organise notamment la première édition des Game Studies ? à la française ! » avec Etienne Armand Amato et Thomas Gaon. Aujourd’hui il enseigne à l’Université de Nice Sophia Antipolis.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *